Les projets caribe wave

Caribe Wave 2017

Guadeloupe

Caribe Wave est un exercice international annuel organisé par l’UNESCO, visant à la préparation des populations caribéennes aux risques de tsunami. Fin 2015, à l’initiative de Gael Musquet, jeune hacker guadeloupéen, météorologue de formation, l’organisation de la première mission bénévole d’envergure mobilisant des “Geeks Hacktivistes” de métropole et de Guadeloupe a été lancé, afin de permettre à ces gens aux profils très techniques (Réseau télécom, code, réseaux sociaux, drones et cartographie collaborative…) de participer à l’exercice international Caribe Wave du printemps 2016. Grace à un appel à financement participatif (crowdfunding), la mission a eu lieu au mois de mars 2016. L’objectif de cette mission fut de délivrer des scénarios de prévention et des débuts de solutions capables de répondre aux conséquences d’un tsunami sur les cotes guadeloupéennes. Fruit de cette première expérience de terrain, est né le projet “HAND, Hackers Against Natural Disasters” dont l’objectif est de fournir un cadre global d’action et d’organisation décentralisée permettant à des cohortes de “technophiles” de se préparer à des situations de crise et de mettre à disposition leur compétence dans la phase immédiate post catastrophe.

Caribe Wave 2016

Guadeloupe

Chaque année depuis 2011, la Caraïbe entière, très exposée au risque de tsunami, fait un exercice de simulation à l’alerte tsunami porté par l’Unesco. Cet exercice consiste à évacuer rapidement les lieux exposés pour se diriger vers les lieux protégés (les hauteurs). Le 25 mars, cet exercice sera mis en place partout et impliquera massivement la population. Aux Antilles françaises, aucune évacuation massive n’aura lieu et le territoire n’est prêt ni techniquement, ni humainement à faire face à un risque pourtant élevé. Gaël Musquet, porte-parole d’OpenStreetMap France et hacker en résidence à la Fonderie Île-de-France, s’y est rendu pour installer, avec l’association de hackers/makers Gwadalug, le dispositif technique (radio, hotspots, émetteurs résiliants, etc.), qui permettra à la Guadeloupe et la Martinique de réagir en cas de catastrophe naturelle. L’idée est de créer une riposte numérique concrète, complémentaire aux efforts plus institutionnels de l’État français